mardi 17 décembre 2013

Le dessin : porte ouverte sur l’intérieur profond de l’être

Voici un extrait d’un article que j’ai trouvé sur l’excellent site d’Énergie-Santé et qui a été écrit par Danielle J. Duperret ND/PhD qui est originaire de la Suisse et travaille à Las Végas (USA). Danielle est docteur naturopathe et holistique.
dynamicdr1@gmail.com
www.DanielleDuperret.com/fr

Cet article porte sur l’imagerie et la puissance de l’esprit dans la guérison. Elle y donne la définition de l’imagerie guidée et apporte 10 exemples de problèmes de santé différents ayant été guérit grâce à l’imagerie guidée.

Ensuite vient ce petit paragraphe sur le dessin que je vous ai recopié ici et que je trouve vraiment très intéressant car il vient confirmer ce qu’Anne Marie Jobin et toutes les animatrices constatent avec l’utilisation du dessin dans le journal créatif.

« Les dessins sont des portes ouvertes sur l'intérieur profond de l'être. C'est un acte créatif provenant de la partie droite du cerveau, la partie où résident en général l'imagination et l'intuition. Le dessin reflète nos pensées les plus profondes. Il permet une prise de conscience de nos pensées subconscientes, nous donnant l'occasion de les analyser avec la partie gauche du cerveau et de prendre des décisions.

Le Dr Bernie Siegel, un médecin oncologue, utilise le dessin. Il demande à ses patients de dessiner leur maladie. Un jour, une de ces jeunes patientes avait des ganglions lymphatiques très enflés dans le cou. Les parents craignaient le pire. Les lymphomes courraient dans la famille. Le docteur voulait préparer la jeune fille à la batterie de tests qu'ils allaient entreprendre. Il lui demanda de faire un dessin, pour déceler quelles frayeurs elle pourrait avoir. La fillette se dessina, avec son chat, qui avait des griffes ENORMES. Le médecin prit le dessin chez lui, pour méditer. Il se demanda pourquoi ce chat préoccupait sa patiente. Soudain, une idée lui vint. Pourrait-elle souffrir de la maladie des griffes de chat ? Les examens le confirmèrent.


Avant d'entreprendre un traitement contre le cancer, le Dr Siegel demande à ses patients de dessiner leur cancer ET les soins thérapeutiques qu'ils allaient recevoir, que ce soit chirurgie, radiation ou chimiothérapie. Si le dessin montre que la maladie est énorme et le traitement minime, le docteur sait qu'il faut envisager de la psychothérapie avant de commencer les soins. Le patient n'a pas confiance ou ne pense pas que le traitement réussira. Si le dessin montre que le médecin est un diable qui est en train de l'empoisonner... ce n'est pas bon signe. Il faut peut-être éduquer le patient et diriger son esprit vers une solution un peu plus optimiste. Si le dessin est joyeux et montre un petit cancer et un traitement efficace, le patient est prêt au traitement. »
 
Pour lire l’article de Danielle J. Duperret  au complet, cliquez ici 

2 commentaires:

Crée Caro a dit…

Intéressant!

Dominique Podvin a dit…

Oui, c'est même fascinant quand on l'expérimente!